J'irai cracher sur ton micro-ondes

La cuisine facile et presque toujours chic pour les grosses feignasses

16 octobre 2006

La tartiflette So Foot, par Isa

IMG_2587

Les ingrédients :
En gros, ce sont les mêmes que pour toute tartiflette qui se respecte, mais on ajoutera une radio branchée sur une station périphérique le samedi soir.

A la base, ça devait être une tartiflette de flemme, et puis non, toutes ces photos de gratinage étaient trop tentantes.

Donc, d’un côté, pendant que le multiplex de ligue-euh-hein débute, on fait cuire à la vapeur des jolies pommes de terre roses et fermes, en robe des champs (ou de chambre, c’est comme on aime, de toute façon, à un moment, il faudrait se débarrasser de la robe).

De l’autre, bien qu’étonnée que Frau marque le premier but de la soirée, on hache un oignon de taille raisonnable, et on le met à chanter dans une sauteuse avec un filet d’huile. Pour lui faire de la compagnie, on ajoute des lardons.

Pendant ce temps et tandis que la Beaujoire se désespère, on épluche et on coupe les pommes de terre, puis on les joint aux lardons et oignons joliment dorés.

Sel et poivre, puis on ajoute de la crème, fraîche et épaisse, évidemment, en quantité (ne jamais lésiner sur la crème, surtout si on est d’ascendance lorraine). On touille un peu pour répartir l’onctuosité, malgré les cris d’orfraie qui proviennent du stadeuh-du-Rey ou du stadiomeuh-de-Toulouse (et on s’étonne toujours vaguement du peu d’enthousiasme que continue de susciter le stade de la route de Lorient, malgré des buts et un nom plutôt chouette).

C’est là qu’on peut opter pour la version flemme ou non.

En version flemme, on recouvre le tout de reblochon, on met un couvercle sur la sauteuse, et on laisse fondre doucement à feu doux.
En version classique, on verse la mixture dans un plat allant au four, on recouvre de reblochon, et hop au four.

Dans tous les cas, on sert quand ça chante et que l’odeur fait saliver. Normalement, c’est la mi-temps et le tour des stades.

Si on est courageux, on accompagne d’une endive délicatement débitée en tronçons et assaisonnée comme il se doit.
IMG_2585_bis

S’il en reste, et qu’on aime frimer, le lendemain on réchauffe doucement tout en jetant un œil sur ce qui se passe à Bollaert, et on accompagne de girolles et cèpes sautés avec une petite persillade. De toute façon, c’est bientôt l’hiver, il faut préparer son corps avec du gras.

NB : le ver est l’ami du cèpe, il convient donc de se montrer vigilant lors de la préparation d’icelui si l’on tient à son régime végétarien (ou pas).

IMG_2593


Posté par sundaymorning75 à 23:59 - Et encore bravo ! - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire