J'irai cracher sur ton micro-ondes

La cuisine facile et presque toujours chic pour les grosses feignasses

13 novembre 2007

Le pain aux bananes pourrites et sa surprise, par Tralala et sa fifille.

Bon. Pour intéresser une enfant à la cuisine (la mienne en l'occurrence), il faut savoir faire des concessions :

Mère : Chérie, tu veux m'aider à préparer un pain aux bananes ?

Fille : Le truc avec les bananes pourrites dégueulasses qui puent c'est horrible et dégoûtant ?

Mère : Ouep.

Fille : OK, mais est-ce que je pourrai écraser les bananes dégueulasses qui puent c'est horrible et dégoûtant ?

Mère : Ouep.

Fille : Je pourrai tout mélanger toute seule avec mes doigts et ajouter tout ce que je veux ?

Mère : Nope.

Fille : Oh ben c'est moche hein. J'ai plus envie.

Mère : C'est pas toi qui me dis depuis que t'es haute comme ça que ton rêve c'est de devenir chef cuisinière ?

Fille : Ouais mais une chef, ça fait TOUT ce que ça veut !

Mère : Ouais mais pas dans ma cuisine, et surtout pas avant d'avoir appris la base.

Fille : Mppfff...

Mère : Bon. Si tu veux, tu peux ajouter un ingrédient de ton choix, tant que celui-ci n'affecte pas la recette.

Fille : *réfléchit réfléchit* J'ai trouvé !!!



Je ne vous dévoile pas le nom de l'ingrédient secret, celui qui rebaptise la recette en lui ajoutant "et sa surprise", idée de la fifille en question. Faut les laisser être inventifs, qu'ils disent. Parfois je me questionne à savoir d'où lui vient la sienne



LA RECETTE : ALLONS-Y GAIEMENT

Vous avez un four électrique ? Bien. Réglez la température à 180°. Vous avez plutôt un poêle à bois ? Bonne chance.

Pour créer ce pain aux ingrédients infects mais dont la mixture cuite donne un résultat délicieusement moelleux et savoureux, plusieurs étapes cruciales sont à envisager.


Première étape : les bananes pourrites

- Déterminer si les fruits pourris qui se trouvent dans votre cuisine sont bel et bien des bananes. Pour ce faire, regardez d’abord la forme du fruit. S’il est rond, mou, velu et plutôt verdâtre, ce n’est pas une banane. Ce pourrait être une tomate, ou une pomme, voire même une orange. N’y faites pas attention. Vous devez rechercher un truc qui serait plutôt long et légèrement incurvé, mou et plutôt noir, mais attention ! Assurez-vous que le jus qui s’écoule sous feu le fruit n’est pas du gras. Si tel est le cas, vous avez affaire à feu un saucisson. Et comme nous ne voulons pas faire un pain au saucisson, enfin pas aujourd’hui, ben vous le laisserez faisander encore tranquille jusqu’à ce qu'il quitte de lui-même votre demeure. Ça ferait un joli présent pour la belle-doche aussi. Ben quoi ? C'est pas bientôt Noël ?? Voilààà !

Truc du chef : pour savoir si le truc noir, long et recourbé est bien une banane, servez-vous de votre appendice nasal. Vous devrez nettement distinguer l’effluve persistant de l'acétate d'isoamyle. Si votre nase distingue aussi une pointe de butyrate d'éthyle, je dirais que vous avez plus de 35 ans et que la coke que vous avez sniffée à la belle époque était de meilleure qualité que celle d’aujourd’hui, donc moins dommageable pour les naseaux. Soyez reconnaissants.

- Voilà, vous êtes certain d’avoir une banane pourrite sous la main grâce à votre intuition et surtout parce que vous étiez mieux argenté (ou plus débrouillard) que vos copains qui sniffaient du Ajax en s’exclamant « Putain ! C’est d’la bonne » pendant que vous goûtiez au Nirvana en riant sous cape (d’acide). Bravo ! Vous avez franchi la première étape. Mais c’est dans votre cul. Il vous faut au moins DEUX bananes, peut-être trois pour les fines gueules. Recommencez l’étape un jusqu’à obtenir le nombre réglementaire de bananes. Merci.

Aide aux devoirs : voici à quoi ressemblent des bananes pourrites

001___Bananes_pourrites_assiette_FOK

- Mainant, il faut les écraser. Qui avec le pied, qui avec le gland méchant coup, qui du revers de l'endos de la main, qui à grand coup de matraque, qui avec une carcasse de chevreuil mort, c'est selon la région, l'humeur, et la saison.
Pour ce faire, vous veillerez à dévêtir les bananes pourrites comme suit (les scènes d'écrasage ont été censurées pour cause de ramenage de gueule de la Ligue des Droits des Bananes Pourrites qui ne Veulent Pas être Écrasées, la LDBVPÉ pour les intimes) et vous officierez l'écrasage à votre convenance, en faisant bien gaffe de n'être pas filmé à votre insu.

002___Bananes_pourrites_bol_FOK


Deuxième étape : les ingrédients secs

- Roger De Bussy-Rabutinlôtcogne aurait dit : « Offrir l'amitié à qui veut l'amour, c'est donner du pain à qui meurt de soif. » Roger n’a sans doute pas eu une enfance très heureuse. Il n’a même pas eu la gentillesse de parler des bananes. Allons donc voir du côté de Danton. Curieusement, il aurait dit : « Après le pain, l’éducation est le premier besoin d’un peuple ». Bon. On sent que le bonhomme a goûté à la cuisse légère, d’oie, de poulet, de caille peut-être, mais point n’est fait mention de bananes oubliées. Quelle déception.

Sinon, y’a Andrée Camus, la bien nommée, qui nous offre cette tranche de lucidité beurrée de wallon : « S'amûzer come ine crosse di pan po-drî'ne årmå .» Bon. C’est bien beau ça aussi, limite étrange, mais ça ne parle toujours pas de bananes pourrites. Le seul qui en ait parlé un peu, c’est Rastaquouère MacO'mmune sur son wouèbezine québécois légèrement indigeste (c’est pas moi qui le dis, mais chuis plutôt d’accord) : « Au début, je ne voulais pas parler de ce pain qui, n’en déplaise à la bonne conscience des gourmands, s’apparente d’avantage à un gâteau, qu’à un pain. Ce furent mes macaques rhésus qui, sous la menace de ne plus rédiger mes articles à ma place, me firent changer d’idée. Hé oui! C’est le péché mignon de mes macaques (et de tous les autres singes), et ce, à cause des bananes contenues dans la mie, bien évidement! C’est un bon pain, mais on peut avoir des hauts-le-coeur en songeant que 100% des pains aux bananes sont fait de bananes pourries à 100%. (Avertissement : à ne pas confondre avec le pain aux bananes des cannibales). »
Bon. Ceci est tiré de cela. Je souhaite au gars le luxe d’un réviseur, au moins.

- Oui oui, la recette, ça va, pas de panique tabarnak, j’y revenais. Les ingrédients secs, donc. Ben c’est pas compliqué. Vous foutez, pêle-mêle y mélo dans un bol, 430 ml de farine (non je sais pas laquelle, et oui y’a du gluten dedans, peut-être même qu’il y a eu des arachides en contact avec, je sais pas, de la farine, putain, blanche ou brune, whatever, de la farine qui traîne par là, avec des acariens à foutre dedans, et si vous avez peur de mourir à cause de vos allergies, ben faites-vous plutôt cuire une côte de bœuf, tiens), 10 ml de poudre à pâte (ici, c’est vendu dans une sorte de contenant jaune ou brun, selon la marque, et y’a des ouvertures sur le dessus qui sont en forme de demi-lune, de trou bien rond et de genre de saupoudreuse comme une salière mais avec des gros trous. Cette poudre sert à faire lever la pâte. (NDLR : sur les bites, ça marche pas). Chez vous, je pense que vous appelez ça « l’indice d’octane », mais chuis pas sûre. À vous de vouère, mais si je me souviens bien, notre réputée hébergeuse de recettes m’a dit un jour qu’il s’agissait en fait de levure chimique. Faites-lui confiance. Ensuite, vous ajoutez à ça 1 ml de bicarbonate de soude, savez, le truc qu’on met au frigo pour enlever l’odeur des trucs pourris ? Bon et puis faut pas oublier 2 ml de sel aussi.

Truc du chef : Si vous êtes vraiment accros aux principes culinaires de base, vous tamiserez tous les ingrédients secs ensemble. (Perte de temps. Perso, j’ai mieux à foutre, et la seule chose que je tamise, c’est l’éclairage.)

Aide aux devoirs : voici comment qu’on fait pour foutre des ingrédients secs dans un bol :

La farine

003___Farine_bol_FOK

L'indice d'octane
004___Levure_chimique_FOK

Le machin bicéphale

005___Bicarbonate_FOK

Le selluloze (département de la Basse-Saône)

006___Sel_FOK


Troisième étape : les ingrédients secs jouent avec les mous, mais pas encore avec les bananes pourrites

- En premier lieu, vous réduirez 80 ml de shortening dans un bol. Bon, je sais pas si vous savez ce que c’est, du shortening. Ça m’arrangerait plutôt que non, vu que moi non plus je sais pas. Je mets du beurre, moi, du beurre de missel. Amen.

Truc du chef : vous serez super fiers d’avoir pensé à mettre tous les ingrédients de la troisième étape dans un grand bol, vu que plus tard vous y ajouterez les ingrédients secs et les bananes pourrites. Pas con !

Aide aux devoirs : voici comment qu’on fait pour foutre des ingrédients mous dans un bol :

Beurre de missel dans un bol

007___Beurre_bol_FOK

Bon, ici vous pourrez vous défouler uu peu avec l'un de vos bras, idéalement prolongé par un truc électrique qui mélange. Le but est de rendre le beurre de missel crémeux.

Aide aux devoirs : voici comment qu’on fait pour rendre crémeux du beurre de missel :

Beurre de missel réduit à l'état crémeuuuuh

008___Beurre_bol_mixer_FOK

- Ensuite, vous mesurez 150 ml de sucre blanc, granulé, du sucre en petits grains, quoi, du sucre normal, et vous l’incorporez graduellement au shortening qui n’en est pas. Graduellement, ça veut dire que vous en mettez un p’tit peu, vous touillez, vous en remettez une fine couche, ratatouille et hop, jusqu’à ce que vous ayez une sorte de blob granuleux dans le fond du bol.

Aide aux devoirs : voici à quoi ressemble du beurre de missel rendu crémeux et rigolo par l'ajout de l'ingrédient surprise

009___Beurre_sucre_bol_surprise_FOK

(À cette étape-ci, votre enfant à vous que vous aimez braille de rire à s'en tenir les côtes. Restez calme. Dans, boarf, 10 ans peut-être, cette enfant aura quitté la maison )

- Après, il vous faudra trouver/voler/emprunter deux œufs frais, les casser dans un petit bol à côté du gros et les battre ensemble pas trop longtemps pour qu’ils forment une belle morve jaunâtre.

Truc du chef : Vous ne feriez pas un bon deal en utilisant des œufs d’autruche. Pareil avec des œufs de caille ou de grenouille. Les ovaires de brebis non plus, pas cool. Vous veillerez donc à utiliser des œufs d’épicerie ou de marché du coin, ceux qu’on achète pour se faire une omelette ou un masque de beauté, par exemple.

- Vous ajoutez ensuite la morve au mélange de granuleux d’un seul coup et vous battez, battez, battez, mais pas en retraite. Vous battez la préparation jusqu’à obtenir un truc velouté. Velouté comme dans, euh, glaire fraîche, genre.

Normalement, si vous avez bien suivi et n'êtes pas allé fumer des pétards sur le balcon/vous branler en douce aux chiottes/parti baiser allégrement sur le capot de votre Fiat Panda, ben vous devriez avoir à peu près ça devant vous :

010___Trois_bols_mixer_surprise_FOK

Truc du chef : Il est maintenant venu le temps de vous gausser d’avoir eu la brillante idée d’utiliser un grand bol à l’étape trois, puisque nous arrivons maintenant à l’étape quatre. Auto-embrassez-vous, autocongratulez-vous, faites un salto arrière si vous avez la place ou le grand écart si votre cuisine est étroite.


Quatrième étape : les ingrédients secs s’étant bien amusés ensemble, on leur ajoute enfin les bananes pourrites pour plus de plaisir

- Dans le bol où se trouve l’étape trois, vous ajouterez graduellement les ingrédients secs en alternant avec une petite quantité de bananes pourrites. ‘Graduellement’ et ‘en alternant’, ça veut dire que vous versez un peu de farine et un peu de bananes pourrites dans le grand bol si pratique de l’étape trois et que vous battez vigoureusement pour bien marier les ingrédients, comme ça jusqu’à ce que vous obteniez une belle pâte lisse. Pour référence, dans la recette d’origine il est écrit de ‘battre après chaque addition’. Je veux bien, moi, mais chuis pas sûre que le serveur apprécierait. Bref.

Truc du chef : Les adeptes de l’épicondylite ou ceux pour qui il est important de développer leur long supinateur en exsudant de l’eau par le front et les aisselles ou des matières fécales par le derrière procéderont au battage à l’aide du bras de leur choix avec pour tout carburant que de l’huile de coude. Pour les autres qui n’ont pas ce genre d’idée saugrenue, ils utiliseront un blender électrique. Euh, je crois que vous appelez ça une mixette. La photo précédente vous aura aidé à déterminer si nos cultures respectives utilisent le même objet pour un nom différent. C’est-ti pas utile l’Internénette quand ça montre des images.

- Bon ben wouala. Normalement, vous avez plein de bols vides qui jonchent votre plan de travail et vous râlez parce qu’il vous faudra laver tout ça. (Vous veillerez à surveiller que l'enfant ne se casse pas en douce pour éviter cette étape. Nous sommes des pros de l'éducation, oui nous le sommes ! Nous serons fermes !) Cessez donc immédiatement de ne voir que le côté négatif des choses. Vous devriez être content de voir le résultat de votre dur labeur dans le bol qui se trouve tout juste devant vous et qui devrait ressembler le plus possible à une belle pâte lisse, tel que prescrit plus haut. Si tel n’est pas le cas et que dans votre bol se trouve plutôt une sorte de ciment qui colle aux parois, j’ai de la peine pour vous. Mais ne désespérez pas : l’étape ultime de cette recette vous récompensera peut-être.


Cinquième et dernière étape : le blob repose

- À cette étape-ci, cruciale, vous devrez disposer d'un moule à pain. Si tel n'est pas le cas, allez donc voir aux chiottes si votre donzelle/damoiseau ne vous y attend pas encore. Sinon, en bon élève que vous êtes, attrapez délicatement ledit moule et oignez-le d'huile ou de toute autre matière qui empêchera la pâte de coller aux parois, tant que ce n'est pas de la 10W40, et versez-y ensuite la mixture onctueuse pour laquelle vous avez tant souffert depuis toutal. Si ça ressemble à ça, c'est tout bon:

011___Pate_dans_moule_FOK

Truc du chef : Cette section est réservée aux connaisseurs, ceux qui de dure lutte ont déjà à leur palmarès quelques belles pièces de pâtisserie réussies, des trucs élégants et colorés si possible, des trucs qui fondent dans la yeule et laissent pantois ceux qui les goûtent (comme ceux de Ninon, par exemple). Bon, je vous préviens, je vous aurai prévenu : n'essayez pas ça à la maison si vous n'êtes pas absolument sûr de pouvoir réussir ce tour de force, et j'ai nommé : l'ajout délicat de noix de quelque sorte sur le dessus de la pâte moelleuse. Déjà, faut savoir choisir. Si d'emblée vous optez pour des arachides, je vous renie. En revanche, si vous optez pour des noix d'acajou, je veux bien prêter une oreille attentive à vos problèmes psychologiques. Mais si derechef l'envie soudaine vous prend de hacher des noix de Grenoble que vous laisserez délicatement tomber sur le dessus du futur pain aux bananes pourrites et sa surprise, alors tout de suite je fournis une preuve tangible qu'il s'agit bien là de la meilleure idée que vous ayez eue depuis longtemps. Et si en plus l'agencement des bols qui se trouvent devant vous ressemble même juste un peu à ce que vous verrez bientôt dans la prochaine photo, ben je vous décerne tout de suite la médaille du chef en chef du pain aux bananes pourrites et sa surprises Soyez fier et bombez le torse ! Si vous ne pouvez bomber le torse, ben, euh, arrangez-vous pour enfler au moins un peu quelque part aux alentours de la fermeture Éclair de votre fut. (On ne triche pas avec un Magnum, oh ! )

La photo qui dit tout de votre habileté à recevoir une médaille:

012___Pate_noix_surprise_FOK

Et voilà le travail ! Que vous ayez réussi l'étape délicate de l'épandage de noix ou pas, vous devrez laisser reposer ce chef-d'oeuvre au moins 20 minutes à températures ambiante. Notez cependant que si vous vous trouviez dans un sauna au moment de faire cette recette, il vous est conseillé de sortir la mixture de ce lieu de perdition et de le laisser reposer sous des cieux plus cléments, genre entre 15 et 25 degrés, mettons.


Sixième et ultime étape : la récompense

Si vous avez tout lu jusqu'ici, je vous félicite. Si, comme tout le monde, vous n'avez que scrollé les photos rapidement en passant viteuf à autre chose, sentez sur vous la malédiction qui perdurera jusqu'à la trente-huitième génération de votre descendance, ffffff ! Là !!! C'est tout ce que vous méritez !

Sinon, régalez-vous à l'avance du résultat de votre labeur et soyez assuré que plus vous aurez de persévérance à faire et refaire ce pain, plus vous serez enclin à le cacher sous votre lit, dans votre sac ou derrière le sèche-linge pour vous le garder à vous tout seul

Tadaaaa !

013___Pain_cuit_FOK

Banana bread makes people turn bananas. That's why it never takes long before they rot. CQFD.


Posté par sundaymorning75 à 23:42 - Contes de fées - Commentaires [16] - Permalien [#]

Commentaires

    Alors ça pour moi c'est exactement la magie de la cuisine !
    Sauf que chez moi c'est plutôt l'inverse, les trucs supers beaux se transforment inexplicablement en vieux trucs pas beaux.
    (Nan c'est pas scato hey ho)

    Posté par cali rezo, 14 novembre 2007 à 08:51
  • J'ai justement des bananes noires sous le coude, non seulement c'est encombrant mais en plus je les mange pas. j'attend qu'elles deviennent vraiment noires et je tente

    Posté par uriel, 14 novembre 2007 à 11:11
  • Ciel !

    Trésor, fais des photos, s'il te plaît !!

    Mme Cali, je suis bien contente de vous relire d'aussi bonne heure et pas épouvantée

    Posté par Ninon, 14 novembre 2007 à 11:54
  • hé hé, alors pour m'effrayer faudrait y aller. Les gars, je fais partie des gens qui chassent les loups garous qui payent pas leurs impôts dans nos grandes villes... alors c'est pas trois bananes pourries qui vont m'faire peur, hein.
    bon, pis en fait je fais jamais de gateaux, les copains qui passent leur vie à vider mon frigo ne le méritent pas (ils se lavent pas souvent) pis de toute façon le sucré ils trouvent que ça va pas avec la bière... Mais je pourrai peut être en apporter à mon club de catch, là bas on aime les trucs nourrissants, la banane, ça c'est nourrissant.

    Posté par lili violette, 14 novembre 2007 à 14:48
  • C'est grandiose !

    La recette en elle-même, hein. Le résultat, j'en sais rien, moi le pain je l'achète en boulangerie, et ma fille possède un don inné pour ne pas laisser pourrir les bananes. Non, elle les mange, tu crois que je ne t'ai pas vu, toi, qui rit sous cape, là, dans le fond ? Et éteins-moi ce téléphone portable, on est sur un blog ici.

    Pour l'ingrédient mystère, alors là, à part du sirop d'érable en tube, ou un genre de caramel, je ne vois pas du tout de quoi il peut s'agir.

    Bravo Tralala, un grand régal de te lire, et je me suis marré, même, c'est te dire !

    Et puis ça fait plaisir de voir ce blog reprendre un peu de vie, ça c'est pour Ninon

    Posté par Maldoror, 14 novembre 2007 à 15:16
  • Merci !

    Merci à Ninon d'abord, sans qui cette blague immonde n'aurait jamais pu espérer passer les murs de ma cabane

    Merci à Maldo aussi, ohlala. Je suis touchée et heureuse d'apprendre que tu t'es marré. Venant de toi qui écrit des trucs qui me font cracher mon thé sur l'écran, ben c'est un peu flatteur, hein. J'en noircis d'émotion 8-]

    Et pis ouais, c'est trop trop bon de revoir vivre ce blog magnifique ! \o/ \o/ \o/

    Posté par Tralala, 14 novembre 2007 à 23:42
  • Du mal à m'en remettre

    Bravo, encore une recette qui m'a fait mal aux cotes
    Ca fait un bon moment que je n'etais pas revenu sur ce site, et je redécouvre avec bonheur de nouvelles recettes !
    Comment faire pour ajouter nos propres recettes ? J'en ai une ou 2 de pas dégueu à proposer

    Posté par Cosmo, 16 novembre 2007 à 12:48
  • Le shortening, c'est de la margarine, en fait.

    Quant à l'ingrédient surprise, je subodore une quelconque pâte vendue en tube, mais les idées précises me manquent.

    Posté par Aka, 19 novembre 2007 à 10:44
  • Bravo !

    Je me suis bien marrée en lisant cette recette ! Quel humour ! Bravo pour ce blog plein de photos et de super essplikations très drôles. Ca donne envie de se remettre à la cuisine. Miammm...

    Posté par Diloonuts, 23 novembre 2007 à 23:29
  • Zut, faut qu'on aille acheter une Fiat panda. Et j'ai complètement oublié de sniffer des trucs quand j'étais à l'école. Ah si, la colle blanche en petit pot de couleur avec le couvercle transparent, et la pelle en plastique qui allait avec, ça compte?
    J'ai bien tous les ingrédients, justement j'ai bazardé deux bananes totalement momifiées, avec quelques endroits encore assez humides pour abriter quelques moisissures. Il m'en reste quelques-unes, juste à point. Noires et mooooooolles, les meilleures.
    Il me manque juste un tube de cambouis pour peaufiner la recette. A moins que tu n'aies préféré de la Marmite? Ou pire et plus raffiné, parce que plus rare, de la Vegemite? (même goût que le cambouis, avec un petit plus apporté par l'oignon confit).

    Posté par Pimali-en-NZ, 28 novembre 2007 à 09:55
  • Il a l'air vachement bon! Mais heu juste une question: la surprise, c'est qu'y a pas de surprise? Ou bien ce n'était pas la chose brunâtre qu'on voit sur la photo du mélange grumeleux et qui finit dans le petit récipient de gauche de l'avant-dernière photo, soit hors du pain? ...

    Posté par LiliyGnocchi, 28 novembre 2007 à 15:36
  • Envoyer une recette ?

    Fastoche : il suffit de cliquer sur la cuisinière vintage en haut à droite pour m'envoyer un mail.

    Posté par Ninon, 28 novembre 2007 à 17:24
  • C'est kouaaaaa?

    Ravie d'apprendre que j'ai sniffé de la merde dans ma jeunesse de p'tite counne!
    A part ça... c'est quoi la surprise de Louloute déjà???
    ce suspèèèènse est insoutenable!!!

    Posté par julielanne, 21 décembre 2007 à 20:18
  • Wouhaou !!

    Ben c'est dingue ce qu'on peut faire avec une banane pourrite quand même !! j'en suis baba !! quel suspens jusqu'à la photo finale, ma foi bien appétissante !!!
    Bravo !!!

    Posté par Cookinette, 18 juin 2009 à 14:22
  • LOL

    Je n'ai jamais été aussi crampée de rire qu'en lisant cette recette!!! Je suis tombée sur ce site par hasard et vraiment j'ai perdu au moins1 kg à me bidonner... je ne pouvais plus m'arrêter!

    BravO la cousine des vieux pays!!!! Au québec on adore se bidonner!!!!!

    Posté par tigresse_morgane, 24 juillet 2009 à 18:15
  • juste pour le beurre de missel... et je sens que je vais avoir de la lecture aujourd'hui au bureau

    Posté par marie, 29 juin 2011 à 06:48

Poster un commentaire