J'irai cracher sur ton micro-ondes

La cuisine facile et presque toujours chic pour les grosses feignasses

21 mars 2009

"Tout est si calme ce soir, puis-je crier ?"

Le Père-Lachaise, c'était hier à 15 heures. Je ne me suis pas pressée.
J'ai marché. Il y avait plein de soleil.

gagarina_in_deo_20_mars_02_s

Le ciel était d'un bleu qui crie que l'hiver ça suffit comme ça.
Au coin d'une avenue de pavés déserte entre des rangées de mausolées, dans un grand taxi noir aux vitres fumées, j'ai presque croisé le regard perdu de Christophe, le dernier des Bevilacqua.

pere_lachaise_corbeau
Et juste après ce corbeau qui marchait tout seul, avec un grand sérieux.

J'ai attendu longtemps.
Il y avait tant de monde.
Des gens ordinaires, derrière des barrières. Sagement.
Et sa musique à lui, en douce, en sourdine, entre les tombes ensoleillées, le vent.

perelachaise_leurs_ombres
Les ombres longues de ceux qui étaient venus saluer, l'un après l'autre.


Plus de rappel, jamais.
Des jonchées de fleurs et venaient ces parfums étourdissants, enivrants.
Comme une caresse d'été lointaine, ensorcelante.
Comme un autre lien.

perelachaise_03s

Toujours sur la ligne blanche.

Posté par sundaymorning75 à 15:06 - Contes de fées - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Merci

    C'est tellement beau ce texte et ce blog...hum merci pour l'inspiration.

    Posté par Peggy, 28 janvier 2011 à 22:18

Poster un commentaire